Paroisse Saint-Pothin
http://saintpothin.fr/Homelie-du-dimanche-15-novembre-2015
      Homélie du dimanche 15 novembre 2015

Homélie du dimanche 15 novembre 2015

Nous avons besoin de silence, de prière et de paix ...

  • Homélie du 15 novembre 2015 - (mp3 - 9.1 Mo) Télécharger

  • Nous avons besoin de silence, de prière et de paix …
  • Le Pape François s’est exprimé hier en disant interrogé par une télévision italienne :
  • « Je ne comprends pas, mais ces choses sont difficiles à comprendre, commises par des êtres humains. C’est pour cela que je suis ému, peiné, et que je prie. Je me sens proche du peuple français tant aimé, je suis proche des familles des victimes et je prie pour eux tous »
  • Saint Jean-Paul II après le drame survenu en Colombie en 1985 (une immense coulée de boue avait provoqué la mort de 22 000 personnes.) se rendit sur les lieux. Il était attendu pour un discours.
  • En réalité, il n’y eut aucun discours. Aucun commentaire. Juste un geste. Un geste fort !
  • Le pape se rendit sur les lieux du drame. Il se recueillit longuement et pria en silence. Puis, il planta une croix et se retira. Tout était dit.
  • Quand ce qui se vit est trop fort le silence permet de rejoindre chacun dans ce qu’il vit : effroi, colère, incompréhension, haine peut-être, peur, tristesse … Nous avons la grâce, nous chrétiens, de croire que ce silence n’est pas vide mais qu’il est habité, rejoint …
  • Car Dieu a planté sa tente parmi nous.
  • Souvent, dans les évangiles, Jésus garde le silence.
  • Ce silence signifie la respiration profonde de son cœur uni au Père, sa pudeur devant la souffrance que seule une présence peut guérir.
  • Certes, ce silence ne veut pas signifier qu’il n’y a rien à dire … Mais il est la condition pour qu’une parole puisse jaillir, une parole d’espérance, de paix …
  • Jésus lui aussi a été en deuil …
  • Quand il apprend que Jean, son cousin, a été décapité, l’Evangéliste nous dit : Lorsque Jésus connut la nouvelle il s’éloigna et partit discrètement avec la barque vers un lieu désert … Il partit discrètement …
  • Oui, Jésus est aussi en deuil … Et il éprouve le besoin de faire le vide, de prendre du recul, de se retrouver … Pour rassembler ses forces ; d’autant que la mort de son cousin annonce sa propre mort. Il en est d’ailleurs souvent aussi ainsi pour nous : la mort d’un parent au fond annonce un jour notre mort qui suivra.
  • L’évangile de ce jour nous rejoint étrangement …
  • Les images cosmiques employés par Jésus nous disent l’ébranlement qui touchent la terre jusqu’au cosmos, au soleil et à la lune et aussi à l’intime de nous-mêmes. La Parole de ce jour prend acte de cet ébranlement qui nous secoue, comme si le temps s’arrêtait tant nous sommes sous le choc : le soleil s’obscurcit, la lune perd de sa clarté, bref les repères du temps ne sont plus là …
  • Jésus en parlant d’ébranlement sait la souffrance des peuples au long de l’histoire, il sait que le cœur de l’homme peut devenir barbare ; il le sait puisque juste après ces paroles il va entrer dans sa Passion. Il prend, hélas, acte de cela. Il sait que le démon agit et est lié à la violence, à la haine, à la mort, à l’usurpation du nom de Dieu. Il vient terrasser ce démon en appelant Dieu Père. Voilà le sens de sa passion.
  • C’est pourquoi juste avant d’entrer dans sa passion Jésus dans une longue prière, au chapitre 17 de Saint Jean, vient révéler le sens de sa passion : « Faire connaître le nom du Père ». Notre prière en ce jour est celle-ci : Père, que ton nom soit sanctifié. Celui d’un Père qui aime et veut rassembler ses enfants …
  • Alors on verra le fils de l’homme venir dans les nuées du ciel avec grande puissance et grande gloire. Jésus annonce la victoire finale. Voilà notre foi.
  • Nous le savons, le mal n’aura pas le dernier mot. Nous ne devons jamais désespérer de la paix, car Dieu est engagé à nos côtés. Il est là pour nous donner d’être des artisans de paix et il nous accompagnera jusqu’au bout. Ne baissons pas les bras …
  • Je conclus par la finale de l’évangile de ce jour : il nous est dit que l’heure de la fin, je ne sais s’il s’agit de notre fin personnelle ou de la fin du monde, le Fils non plus ne le connait pas … Ce qui nous inquiète, ce qui est devant nous, Jésus ne le connaît pas ; là aussi, il est avec nous … Il ne sait pas tout. Il reçoit tout du Père, dans la confiance, dans la certitude que l’amour sera vainqueur …

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Eglise de France

KTO

Diocèse de Lyon

RCF


Homélie 1° dimanche de carême (2017)

Agenda
mai 2017 :

Rien pour ce mois

avril 2017 | juin 2017

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr