Paroisse Saint-Pothin
http://saintpothin.fr/Qui-etait-Saint-Pothin

Qui était saint Pothin

Saint Pothin, né en Phrygie, en Asie Mineure (son nom signifie aimable en grec), aurait été envoyé par Polycarpe, évêque de Smyrne, pour accompagner les colons et les marchands à Lyon où il serait arrivé vers l’an 150. Personnage central de la naissance du christianisme en Gaule, il fut le 1er évêque de Lyon et des Trois Gaules. Très âgé lors des persécutions de 177, il mourut en prison à la suite de mauvais traitements le 2 juin, date retenue pour sa fête. Son cachot, toujours visible, est situé à l’intérieur de l’ancien hôpital de l’Antiquaille, où un musée du Christianisme lyonnais va voir le jour courant 2013.
Son successeur fut saint Irénée, né lui aussi en Asie Mineure, à Smyrne, sur la côte ouest de l’actuelle Turquie.


Lyon était la capitale des trois Gaules impériales, Lyonnaise, Aquitaine et Belgique. La ville romaine de Lugdunum (forteresse en gaulois) se trouvait sur la colline de Fourvière, avec le temple capitolin, le palais du gouverneur, le forum, les théatre et odéon...Des traces de voies romaines partant vers les différents territoires, notamment Aquitaine et Belgique, sont encore visibles.

Le sanctuaire fédéral des trois Gaules et l’amphithéâtre voisin, sur les pentes de la Croix Rousse, site de la ville gauloise, Condate (qui signifie confluent), accueillaient chaque année le 1er août, le rassemblement annuel des soixante quatre tribus, sous la présidence du gouverneur, pour l’élection du grand prêtre du culte de Rome et de l’empereur. On y retrouva les "tables claudiennes", discours prononcé par l’empereur Claude, lui même né à Lyon, qui sont maintenant exposées au musée archéologique de Fourvière.

Les idées nouvelles, dont le christianisme sont arrivées de Méditerranée par le Fleuve, et se sont répandues dans le milieu pauvre des dockers installés dans l’actuelle presqu’île, alors composée alors de plusieurs ilots, les canabae. Le port se trouvait au pied de la citadelle, dans l’actuel Vieux Lyon, où des vestiges et un bateau ont été retrouvés il y a quelques années, lors du creusement du parking saint Georges.

En 177, sous l’empereur Marc-Aurèle, quarante huit chrétiens de toutes conditions sociales, dont la plus connue est sainte Blandine, ont été arrêtés à Lyon en même temps que saint Pothin, accompagnés jusqu’à l’acropole par une foule hurlante, par la voie romaine qui correspond à l’actuelle montée saint Jean, pour y être interrogés et emprisonnés, puis ont été martyrisés dans l’amphithéatre probablement à l’occasion du rassemblement annuel des tribus. Leurs restes furent exposés, puis brûlés et dispersés dans le Rhône.

saint Pothin est aussi connu comme celui qui a introduit à Lyon la dévotion à la Vierge Marie, en présentant aux fidèles une icône de la Mère de Dieu, en digne successeur de saint Jean qui "prit chez lui Marie, sa mère".

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Eglise de France

KTO

Diocèse de Lyon

RCF


Homélie 1° dimanche de carême (2017)

Agenda
mai 2017 :

Rien pour ce mois

avril 2017 | juin 2017

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr