Paroisse Saint-Pothin
http://saintpothin.fr/Homelie-du-dimanche-11-octobre-2015
      Homélie du dimanche 11 octobre 2015

Homélie du dimanche 11 octobre 2015

Pourquoi Jésus dérange-t-il ainsi si fortement cet homme riche ... ?
Qu’est-ce que Jésus attend de lui ... ?

  • Homélie du dimanche 11 octobre (28° dimanche année B) - (mp3 - 10.7 Mo) Télécharger

Homélie 28° dimanche de l’année B

  • Frères et sœurs, quand un ami vient vous demander un conseil comme c’est le cas pour Jésus avec cet homme riche, quand vous voulez éduquer un enfant, quand une personne vient vous voir en détresse, il y a de multiples attitudes possibles :
  • Vous pouvez être encourageant ce qui est le plus souvent le cas pour redonner confiance et espérance, ou bien consolant si la personne est en souffrance et a besoin de présence, éclairant si elle vous demande un conseil, exigeant si vous sentez qu’il faut lui redonner des repères clairs, avertissant si nécessaire, punissant parfois, méprisant hélas ou indifférent …
  • Jésus a une autre attitude : il est dérangeant … (limite énervant), bousculant … : « Va, vends, donne … »
  • Et cette attitude du Christ qui consiste à déranger, il me semble que c’est pour lui une attitude quasi-générale tout au long de l’évangile :
  • - Malheur à vous les riches !
  • - Heureux les pauvres de cœur …
  • - Qui est ma mère et qui sont mes frères ?
  • - Pardonner 70 fois 7 fois …
  • - La croix est éminemment dérangeante …
  • Et même quand Jésus guérit, il dérange : celui qui n’est pas guéri, ceux qui refusent de se laisser guérir …
  • Nous pourrions relire tout l’évangile en regardant comment sans cesse Jésus est dérangeant par sa parole et ses actes, comme tous les prophètes de l’Ancien Testament …
  • Jésus est dérangeant … Comme s’il fallait dimanche après dimanche être bousculé, poussé dans nos retranchements …
  • Entre parenthèse, le Pape François semble lui être un fidèle disciple …
  • Avec le risque que cela glisse ou que l’on se dise que cela n’est pas pour nous car comment faire … Ou plus encore avec le risque de l’échec : cet homme riche s’en va sombre, tout triste. Echec de la pédagogie de Jésus dirons-nous : ce qu’il a voulu n’obtient pas de résultat …

-* Pourquoi alors cette pédagogie de Jésus ?

  • Avant de regarder pourquoi Jésus agit ainsi écoutons ces deux questions pour nous-mêmes : -* Comment est ce que je me laisse déranger par l’appel du Christ ou de chrétiens dérangeants ?
  • Et est ce que je dérange au nom du Christ au risque d’être moqué, incompris, marginalisé ?

-* Jésus est donc dérangeant avec cet homme …

  • Et pourtant, ce n’est pas si mal !
  • Il pose une belle question, celle de la vie éternelle, comment l’obtenir ; nous ne nous posons pas souvent cette question essentielle !
  • Et puis il observe les commandements, cela depuis sa jeunesse … Qui peut en dire autant ?
  • Et il en veut davantage : « Cela, je l’ai observé depuis ma jeunesse … » ; Que me manque-t-il ? Que faire ? …
  • En même temps, nous pouvons « pointer » des limites dans son comportement :
  • Il demande d’avoir la vie éternelle comme si cela était une possession ; il cherche à faire pour l’obtenir, se plaçant du côté de l’activisme et de son attitude ; à cela d’ailleurs Jésus répond en disant ce qu’il ne faut pas faire (ne pas tuer, ne pas voler, ne pas commettre d’adultère), ne donnant pas de réponse au niveau du faire si ce n’est d’honorer ses parents …
  • Et enfin, cet homme en appelant Jésus bon ne se tourne pas résolument vers celui qui est bon, Dieu le Père …
  • Regardons la réponse pédagogique de Jésus : sans tout détailler remarquons que Jésus inverse l’ordre des commandements sur le prochain en mettant à la fin celui d’honorer ses parents (il est normalement au début) ; et aussitôt l’homme répond en disant qu’il fait tout cela depuis sa jeunesse. Et Jésus lui répond alors : il est maintenant l’heure de partir, d’aller, de quitter justement tes parents, c’est-à-dire aussi tes richesses, ce que tu as reçu, ce sur quoi tu t’appuies pour me suivre et aller vers le Père du ciel …
  • En disant cela, Jésus posse sur lui un regard d’amour : il l’aima !
  • Nous sommes donc au tournant de la pédagogie de Jésus qui vient s’appuyer sur le commandement fondamental de quitter ses parents pour devenir adulte, pour naître à soi-même, pour répondre à ce que Dieu attend désormais de moi …
  • Cela ne peut se faire sans cet amour originaire que pose Jésus sur cet homme, sur chacun de nous.
  • Nous ne pouvons partir et donner notre vie pour toujours, tout entière si et seulement si nous rencontrons l’amour (dans la vie consacré, dans le mariage, dans une vie d’adulte célibataire) car cela implique en même temps de mourir à soi-même, de consentir à la mort … cela implique de rencontrer « l’amour fort comme la mort », l’amour plus fort que la mort. Il en est ainsi dans toute vocation …
  • L’Amour originel de Jésus prend ensuite consistance aussi bien dans l’amour de l’homme et de la femme que dans le don du consacré ou de l’ami avec l’ami …
  • Cet amour implique de suivre Jésus qui va vers la croix, qui justement nous précède et nous accompagne dans ce don de nous-même.
  • Et cela est un risque que cet homme n’est pas encore prêt à prendre …
  • Il n’est pas prêt encore à devenir pleinement adulte ; pour prendre un exemple, certains adultes ne sont pas prêts à mettre au monde un enfant car mettre au monde un enfant, c’est accepter la mort, la réalité que nos enfants nous poussent vers l’au-delà …

-* Voilà donc la pédagogie de Jésus qui est dérangeant parce qu’il aime ; dont l’amour est dérangeant ; car nul ne peut être dérangeant si ce n’est par amour …

  • Alors, dit Jésus, quitter toute richesse, tout ce sur quoi on s’appuie pour entrer dans un don sans retour (bel écho à l’évangile de dimanche dernier), c’est pour les hommes impossible …
  • Mais cela est possible pour Dieu … Car justement lui, en Jésus, a quitté toute richesse, « n’a pas retenu jalousement ce qui le rendait égal à Dieu s’anéantissant jusqu’à la mort sur la croix » (cf. Ph 2) …
  • C’est ce qui explique l’effroi des disciples : nous retrouvons le même vocabulaire que dans les annonces de la passion … C’est bien dire que ce Jésus demande à cet homme c’est de mourir avec lui (viens, suis-moi …) : Acceptes-tu de mourir à toi-même …

-* Dérangeant ou amoureux … Une seule attitude au fond pour Jésus … Celle d’aimer pour toujours … Au risque que cet homme parte triste, sombre, attendant qu’il revienne …

  • Cet homme qui a soif de vie éternelle et Jésus ne s’y trompe pas … car il n’y a pas un kit pour cette vie éternelle ; il y a seulement un amour, radical …
  • Au risque de ne pas être compris … Car l’amour laisse profondément libre …
  • Au risque de mourir … pour Jésus sans qu’il y ait de réponse …
  • Jésus est dérangeant : car il s’est rangé à côté de nous pour nous mettre au rang de son Père …
  • Suis-moi !
  • Amen

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Eglise de France

KTO

Diocèse de Lyon

RCF


Homélie 1° dimanche de carême (2017)

Agenda
mars 2017 :

Rien pour ce mois

février 2017 | avril 2017

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr