Paroisse Saint-Pothin
https://saintpothin.fr/Homelie-pour-le-mercredi-des-cendres-2019
      Homélie pour le mercredi des cendres 2019

Homélie pour le mercredi des cendres 2019

Convertissez-vous et croyez à l’Evangile !

  • Homélie pour le mercredi des cendres 2019 - (mp3 - 13.5 Mo) Télécharger

Notes de l’homélie dont le texte du Pape Saint Jean-Paul II

Homélie cendres 2019

  • Nous voici, frères et sœurs, entrés dans ce temps de grâce qu’est le carême, 40 jours de conversion ; et sans doute notre première conversion est d’accueillir ce temps du carême comme un temps de grâce, d’y entrer non pas en traînant le pied, mais en nous réjouissant par avance de ce que le Seigneur veut nous donner d’y vivre.
  • Je retiens d’abord deux mots de l’Evangile de ce soir :
  • - Hypocrites …
  • - Ton Père te voit dans le secret …
  • La liturgie chrétienne a le génie des signes : nous entrons dans ce temps du carême avec le signe de la cendre : celui-ci s’achèvera avec le feu auquel sera allumé le cierge pascal, le feu qui est présent sous la cendre, le feu qui à la Pentecôte éclairera le monde entier …
  • 1) Dans la Bible, les cendres sont le signe qui exprime la tristesse de l’homme devant le malheur. « Me voici pareil à la poussière et à la cendre », crie Job
  • 2) La cendre symbolise ainsi le néant de l’homme devant l’absolue transcendance du Dieu : cendres et poussières sont équivalent.
  • Elle est donc, logiquement, l’état auquel retourne le pécheur qui se détourne de Dieu. Ainsi l’idolâtre dont le « cœur n’est que cendre » (Sg 15, 10)
  • 3) Mais, pour la Bible, ce geste de pénitence anticipe aussi la victoire pour qui s’engage à faire confiance à Dieu. C’est le cas pour Judith qui, pour prier Dieu avant de combattre le Babylonien ¬Holopherne, « répandit de la cendre sur sa tête et ne garda que le sac dont elle était vêtue » (Jdt 4, 11).
  • Etre revêtu de cendres c’est donc reconnaître notre péché et notre nature mortelle pour se laisser réconcilier ; et donc c’est déjà un signe de victoire puisque Dieu voit dans ce signe le lieu où il va pouvoir venir nous recréer …
  • Frère Luc : Il faut passer par un vrai désespoir pour arriver à la relation avec Dieu. Il faut désespérer de tout, de notre qualité morale, de nos vertus, de notre organisation ecclésiale, de notre doctrine, il faut vraiment passer par la mort et dans cette situation de mort, de désespoir absolu il ne nous y reste qu’une personne : le Christ, et si l’on se tourne vers lui, c’est alors lui ouvrir ! Et à partir de ce moment-là, commencer un autre mode d’existence : on peut marcher sur les vagues
  • J’ajoute que l’imposition des cendres sur le front est une bénédiction : c’est pourquoi le prêtre ou le diacre impose les cendres en faisant sur votre front une croix … Il vous bénit vous qui recevez les cendres, il bénit votre consentement à vous reconnaître pauvre et pécheurs devant Dieu et devant vos frères (nous vivons cela ensemble ; cela est reçu sur le front), votre supplication à vous laisser ressusciter …
  • Cendre = se reconnaître pécheur
  • Eglise aujourd’hui … quelque chose qui nous fait horreur …c’est vraiment épouvantable, révoltant … Besoin d’être purifiée, de se convertir …
  • Se convertir soi …
  • Nous voulons vraiment laisser de la place
  • Le jeûne c’est un cadeau que l’on se fait (certes difficile)
  • On a souvent infantilisé ou moralisé le jeûne le faisant passer pour un acte doloriste …
  • On ne jeûne plus par jansénisme mais pour se faire du bien, pour respirer … comme une dépollution … comme une conquête de la liberté là où tout nous pousse à la consommation … Jeûne de nos actes mauvais qui nous empoisonnent la vie …
  • Du Pape Jean-Paul II : « Parmi les pratiques pénitentielles que nous propose l’Église, surtout en ce temps de Carême, il y a le jeûne. Il comporte une sobriété spéciale dans la prise de nourriture, étant saufs les besoins de notre organisme. Il s’agit d’une forme traditionnelle de pénitence qui n’a rien perdu de sa signification, et que l’on doit même peut-être redécouvrir, surtout en cette partie du monde et dans ces milieux où non seulement la nourriture abonde mais où l’on rencontre parfois des maladies dues à la suralimentation. À l’évidence, le jeûne pénitentiel est très différent des régimes alimentaires thérapeutiques. Mais, à sa manière, on peut y voir comme une thérapie de l’âme. En effet, pratiqué en signe de conversion, il facilite l’effort intérieur pour se mettre à l’écoute de Dieu. Jeûner, c’est réaffirmer à soi-même ce que Jésus répliqua à Satan qui le tentait au terme de quarante jours de jeûne au désert : « L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu » (Mt 4,4). Aujourd’hui, spécialement dans les sociétés de bien-être, on comprend difficilement le sens de cette parole évangélique. La société de consommation, au lieu d’apaiser nos besoins, en crée toujours de nouveaux, engendrant même un activisme démesuré… Entre autres significations, le jeûne pénitentiel a précisément pour but de nous aider à retrouver l’intériorité. L’effort de modération dans la nourriture s’étend aussi à d’autres choses qui ne sont pas nécessaires et apporte un grand soutien à la vie de l’esprit. Sobriété, recueillement et prière vont de pair. On peut faire une application opportune de ce principe en ce qui concerne l’usage des moyens de communication de masse. Ils ont une utilité indiscutable mais ils ne doivent pas devenir les « maîtres » de notre vie. Dans combien de familles le téléviseur semble remplacer, plutôt que faciliter, le dialogue entre les personnes ! Un certain « jeûne », dans ce domaine aussi, peut être salutaire, soit pour consacrer davantage de temps à la réflexion et à la prière, soit pour cultiver les rapports humains ». Jean Paul II Angélus du 10 mars 1996
  • Différentes formes de jeûne
  • - Jeûne de paroles blessantes : que tes lèvres ne prononcent que des paroles de bénédiction.
  • - Jeûne de critiques et de médisances : bienveillance et miséricorde doivent habiter ton âme.
  • - Jeûne de mécontentement : que douceur et patience deviennent tes compagnes de chaque jour.
  • - Jeûne de ressentiment : que ton cœur cultive la gratitude.
  • - Jeûne de rancune : que le pardon ouvre toutes les portes qui t’ont été fermées.
  • - Jeûne d’égoïsme : que la compassion et la charité fleurissent à chacun de tes pas.
  • - Jeûne de pessimisme : que l’espérance ne quitte jamais ton esprit.
  • - Jeûne de préoccupations et d’inquiétudes inutiles : que règne en toi la confiance en Dieu.
  • - Jeûne d’occupations superficielles : que la prière emplisse tes journées.
  • - Jeûne de paroles futiles : que le silence et l’écoute t’aident à entendre en toi le souffle de l’Esprit Saint.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Eglise de France

KTO

Diocèse de Lyon

RCF

juillet 2019 :

Rien pour ce mois

juin 2019 | août 2019

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr