Paroisse Saint-Pothin
http://saintpothin.fr/Homelie-26-aout-2018-21o-dimanche-du-temps-ordinaire
      Homélie 26 août 2018 (21° dimanche du temps ordinaire)

Homélie 26 août 2018 (21° dimanche du temps ordinaire)

"A qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle !"


Homélie pour le 21° dimanche de l’année B 26 août 2018.

  • C’est l’échec. La prédication de Jésus sur le pain de vie est humainement un échec. Voulez-vous partir vous aussi … ?
  • Ils étaient 5000 au début de ce récit, 5000 au moment de la multiplication des pains ; ces foules avaient ensuite suivi Jésus en faisant le tour du lac pour le retrouver, lui avaient demandé : « Que nous faut-il faire pour travailler aux œuvres de Dieu ? », signe de sa soif de faire la volonté de Dieu. Beaucoup avaient ensuite dit : « Donne-nous de ce pain-là, toujours » …
  • Mais peu à peu s’étaient mis à récriminer, à murmurer, à s’en aller devant le discours trop dur de Jésus.
  • Les juifs étaient partis ; mais aussi des disciples de Jésus, de ceux qui entourent les 12 ; ils s’en retournèrent et cessèrent de l’accompagner ; allusion sans doute aussi aux premières générations de chrétiens qui se découragèrent …
  • Au point que Jésus devant les seuls 12, douloureusement sans doute, leur dise : « Voulez-vous partir vous aussi ? … »
  • Littéralement « Voulez-vous retourner là où vous étiez ? », revenir à avant, répéter ce que vous étiez ; comme à la fin de l’Evangile où nous retrouverons Pierre et ses compagnons en train de pêcher sur le lac avant une nouvelle apparition du Ressuscité …
  • Belle question en ce début d’année : Voulez-vous revenir en arrière, répéter ou croyez-vous que je sois le Maître, Celui qui ouvre véritablement un chemin nouveau, qui fait toutes choses nouvelles … ?
  • De 5000 à 12 … Comment interpréter cela ?
  • 2 réponses humaines …
  • La foi chrétienne serait tellement difficile qu’elle serait pour une élite, quelques-uns au-dessus du lot, quelques saints hors du monde. Interprétation que fustige le Pape François ; la foi chrétienne n’est pas pour une élite qui alors se met au-dessus de tous, s’enferme sur elle-même, devient déconnexée du réel avec tous les dangers que cela induit …
  • De 5000 à 12, autre réponse : celle du pessimisme (il n’y a plus personne, cela ne marche pas), interprétation que dénonce aussi fortement le Pape François, signe d’un repli sur soi, d’une tristesse liée à l’égocentrisme, pessimisme qui ne sait plus voir ce que Dieu réalise car la foi est absente …
  • L’interprétation n’est ni l’élitisme ni le pessimisme mais, pardonnez-moi, le réalisme …
  • Car même aux 12, Jésus dit : l’un de vous me livrera (nous l’avons entendu dans l’Evangile de ce jour et il le redit deux verset après dans les derniers mots de ce passage qui n’a pas été gardé) ; et chacun de se demander qui est-ce qui le livrera, serait-ce moi ? Car chacun sait combien suivre Jésus est au fond impossible …
  • Seul celui qui est devant ce que signifie suivre Jésus a saisi que cela n’était pas possible
  • Ce n’est pas de 5000 à 12 ; mais de 5000 à zéro …
  • Seigneur sauve-moi, prends pitié …
  • C’est pourquoi Jésus dit : « Nul ne vient à moi si le Père ne l’attire » j’y reviendrai …
  • La réponse de Pierre est d’ailleurs magnifique : « Seigneur, à qui irions-nous ? » Il exprime bien qu’il est perdu, il voit que tout est vanité et il ajoute « Tu as les Paroles de la vie éternelle » ; nous voulons t’écouter, t’écouter sans cesse, nous tenir près de toi pour nous laisser guider par toi … Sans savoir où nous allons …
  • Cette réponse de foi est une étape nécessaire ; mais Pierre devra encore être purifié ; lui non plus ne pourra suivre Jésus … sans dépendre de son Maître ; un autre te conduira là où tu ne voudras pas aller …
  • Pourquoi est-ce si dur ? Pourquoi cette parole est dure à entendre comme le disent les disciples qui s’en retournent chez eux ? Rappelons-nous cette parole : « Si vous ne mangez la chair du fils de l’homme et ne buvez son sang vous n’aurez pas la vie en vous »
  • Cela signifie que nous sommes appelés dans la foi à être en communion parfaite avec Jésus qui donne sa vie par amour pour que nous soyons d’autres Christ …
  • Aux hommes c’est impossible …
  • Seigneur sauve-nous … Donne-nous la grâce de répondre …
  • C’est un don du Père … Pourquoi certains l’ont reçu et d’autres non ; je ne sais ; cela appartient à Dieu ; à moi il m’importe de m’ouvrir à ce don, particulièrement par l’humilité et mon désir de Dieu, par l’exercice de la foi qui manifeste ma soif de Dieu , par la place que je consens à donner à Dieu, particulièrement dans le silence et la prière …
  • Comme Thérèse de l’EJ le chante : c’est par pure miséricorde …
  • A moi de désirer répondre pleinement, totalement …
  • Pour pouvoir dire comme Charles de Foucauld : « Aussitôt que je crus qu’il y avait un Dieu, je compris que je ne pouvais faire autrement que de ne vivre que pour lui : ma vocation religieuse date de la même heure que ma Foi : Dieu est si grand ! Il y a une telle différence entre Dieu et tout ce qui n’est pas Lui »
  • Ou dans l‘épisode de la femme qui touche le manteau de Jésus : Femme ta foi t’a sauvée : qu’il t’advienne comme tu le veux : comme tu le veux …
  • Chers frères et sœurs, tirons-en quelques conclusions pratiques …
  • 1°. Que sera cette année qui s’ouvre ? Qu’elle soit celle non pas de mes projets, de mes désirs, mais celle que Dieu veut ; elle sera alors belle, grande, infiniment plus belle et plus nouvelle que tout ce que je peux imaginer …
  • 2°. Pour cela, il ne suffit pas de cocher une case, celle de la messe ou d’un temps de prière, pour me dire chrétien, disciple de Jésus, comme si ma vie était en caissons étanches. Il me faut sans cesse, dès qu’une occasion se présente, me tourner vers Dieu, dans le silence et la prière, pour désirer dépendre de lui, l’écouter car il a les paroles de la vie éternelle, c’est-à-dire de la vraie vie, qui commence aujourd’hui …
  • 3°. Sur ce chemin, j’avance cahin-caha … Seigneur sauve-moi …
  • 4° Tout cela a pour fruit un plus grand amour. Car dépendre de Dieu c’est se déprendre de soi, c’est aimer ses frères. C’est ce que proclamait Paul dans la 2° lecture. De quoi est fait l’amour : de gratuité, de grâce, d’un don total à la suite du Christ.
  • Je vous souhaite une très belle année, en fait une très belle semaine, une très belle journée, une très belle messe car Dieu est là, la source de ma vie, ma paix et mon premier amour, Celui à qui Pierre dit : « Tu sais bien que je t’aime »
  • Amen.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Eglise de France

KTO

Diocèse de Lyon

RCF

Agenda
septembre 2018 :

Rien pour ce mois

août 2018 | octobre 2018

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr